L’assurance vie : est-ce un bon plan ?

L’assurance vie : est-ce un bon plan ?

C’est devenu un « classique » dans les études économiques : l’assurance-vie demeure le placement préféré des Français (soit 1 653 milliards d’euros en avril 2017!). Nos concitoyens apprécient sa souplesse et y voient un bon moyen de transmettre une partie de leur patrimoine dans un contexte fiscal avantageux. Attention cependant : des réformes pourraient intervenir suite aux élections présidentielles et législatives de mai et juin 2017.

Une épargne souple

L’un des grands avantages de l’assurance-vie est qu’elle permet d’épargner en toute souplesse. On procède aux versements selon le rythme de sa propre santé financière puisque l’on peut augmenter ou réduire les montants versés (les taux de variation diffèrent d’une société à une autre). On peut librement choisir le support auquel l’assurance-vie est adossée (euros, obligations…) et l’épargne est disponible désormais sans pénalité (au contraire du plan d’épargne logement, par exemple) sans attendre huit ans comme jadis. D’ailleurs, un rachat partiel (si vous avez besoin en urgence de la moitié de votre épargne, par exemple), n’entraîne pas la clôture du contrat.

Enfin, les taux d’intérêt ont longtemps été très supérieurs à ceux des livrets classiques (jadis proches de 5 %, désormais situés entre 2 et 3 %, mais toujours supérieurs au livret A).

Retraite et transmissions

Les fonds investis dans l’assurance-vie peuvent par ailleurs être retirés sous forme de rentes viagères pour en profiter lors de la retraite, par exemple, mais ce n’est pas une obligation.

Au-delà de huit ans de placement, à noter aussi que les retraits partiels sont soumis aux cotisations sociales mais exonérés d’impôt sur le revenu.

Tout cela en fait un outil intéressant pour préparer sa retraite mais également pour transmettre son capital à ses héritiers.

En effet, l’assurance-vie est dans le cadre législatif actuel un bon moyens d‘échapper à des droits de succession élevés pour transmettre une partie de son patrimoine à des parents éloignés voire à des tiers (ou conjoints non mariés ou pacsés).

Incertitudes

Les échéances électorales de cette année 2017 ont affecté cependant le montant des placements effectués. Pendant la campagne, en effet, le futur président Emmanuel Macron avait annoncé une réforme de l’assurance-vie et l’instauration d’un prélèvement libératoire fixé à 30 %. Mais il ne concernerait que les versements postérieurs à ce changement et les seuls assurés possédant des contrats sur lesquels sont placés plus de 150 000 euros.

En attendant des précisions sur cette réforme, l’assurance-vie vie reste un bon placement à condition d’observer une certaine prudence vis-à-vis des fonds placés en euros et a fortiori en actions. Par ailleurs, il faut comparer (via des sites spécialisés) quelles banques ou sociétés d’assurance proposent les taux les plus élevés (sans oublier de lire les petites lignes et d’être certain de pouvoir profiter de tous les avantages en termes de souplesse que confère ce type de placement).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *