L’Ethereum en quelques mots

L’Ethereum en quelques mots

Je vous propose dans cet article un rapide coup d’œil sur l’Ethereum qui aujourd’hui fait partie du top 3 des crypto monnaies décentralisées, derrière le BTC et devant le XRP.

Ces crypto monnaies peuvent être achetées sur des wallets (portefeuilles virtuels) ou sur des plateformes spécialisées dans l’achat d’ETH, par exemple sur Bitit.

Comment fonctionne  l’Ethereum?

L’Ethereum est un protocole d’échanges décentralisés permettant la création par les utilisateurs de programmes appelés : « smart contracts » ou contrats intelligents.

Plus globalement, l’Ethereum est un ordinateur composé d’un réseau d’ordinateurs indépendants que n’importe qui peut programmer et utiliser comme il le souhaite afin de créer un nouveau type d’application.

L’origine de l’Ethereum est récente, il a été créé en 2014 par Vitalik Buterin qui avait perçu le potentiel de la blockchain de Bitcoin.

Plusieurs éléments différencient le BTC de l’Ethereum, mais brièvement on peut dire que le Bitcoin a été créé principalement pour l’échange de devises tandis que l’Ethereum va donner un support à tout type d’application ayant besoin d’une blockchain.

Quelles différences entre un réseau centralisé et un réseau décentralisé ?

Un réseau centralisé

Dans la plupart des systèmes actuels, une société crée une application et détient la totalité d’un serveur, celui-ci est utilisé comme support pour la diffuser aux utilisateurs de l’appli.

Ainsi, les utilisateurs de l’application passent par le serveur de l’entreprise qui exécute le calcul, c’est un réseau centralisé.

La société possède les données de tous les utilisateurs et contrôle l’exécution du programme. Si un jour le serveur est détruit ou buggé, l’entreprise qui exploite le serveur peut être en faillite et l’application ne pourra plus fonctionner.

De la même manière, si les données sont perdues ou corrompues dans le serveur défectueux, les utilisateurs ne peuvent pas restaurer leurs données.

Un réseau décentralisé

L’Ethereum aborde la problématique sous un autre angle en proposant un service décentralisé.

Reprenons l’exemple précédent, si une société développe une application et la charge sur le réseau d’Ethereum, ce code ou ce programme est nommé un « smart contract ».

Autrement dit, il ne dépend plus de la société pour fonctionner mais se repose sur un réseau d’ordinateurs indépendants qui exécutent les instructions sur la blockchain Ethereum.

Qui sont les participants au réseau d’Ethereum ?

Les participants sont des particuliers qui ont fait le choix de mettre à profit leur ordinateur au service de la blockchain Ethereum : les « mineurs » d’Ethereum.

Où sont stockées les données ?

Les données sont stockées dans la blockchain, elles sont disponibles pour tout le monde et copiées par tous. On appelle cela des applications décentralisées (DApps).

Quand une personne utilise l’application décentralisée, elle passe par le réseau Ethereum.

Le mineur met à disposition son ordinateur qui se charge d’effectuer le calcul. Il est ensuite récompensé en ETH, la monnaie d’Ethereum, pour avoir donné son électricité, son matériel et sa puissance de calcul.

Une fois l’opération terminée, elle est notée su la blockchain d’ETH qui fonctionne comme un registre qui répertorie toutes les opérations sur le réseau.

Quels sont les garanties à utiliser l’ETH ?

La blockchain permet de certifier les échanges car elle s’appuie sur la construction d’un réseau fiable et sécurisé.

Si on voulait détruire ce système décentralisé, cela nécessiterait la destruction de tous les ordinateurs indépendants, et ce au même moment.

En effet, chaque ordinateur possède une copie de la blockchain sur son disque dur, donc pour pouvoir modifier cette copie il faudrait également la modifier sur près de 51% des copies des mineurs.

L’autre gage de sécurité fourni par la blockchain est la transparence qui permet d’observer n’importe quel programme.

Quelles sont les applications concrètes que l’on peut utiliser ?

La certification des échanges, la fiabilité et la sécurité du réseau décentralisé généré par l’Ethereum offrent de multiples applications concrètes. Cela peut toucher les secteurs économiques, industriels, écologiques, sociaux ou universitaires.

Prenons l’exemple d’une université qui souhaiterait dématérialiser la délivrance des diplômes à ses étudiants.

L’établissement utiliserait la blockchain Ethereum et un programme se chargerait d’écrire sur la blockchain que certains étudiants ont obtenu tel diplôme avec telle mention. On peut également imaginer des centaines d’universités utilisant un réseau décentralisé commun.

Pour soutenir ce projet, le mineur d’ETH prêtera sa puissance de calcul pour exécuter ce programme et il sera rémunéré en ETH.

Les universités et les étudiants auront une inscription ineffaçable et accessible par tous des diplômes obtenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *