Introductions en Bourse : attention danger ?

Introductions en Bourse : attention danger ?

Les introductions en Bourse sont difficiles à appréhender pour un investisseur particulier et la vigilance est plus que de mise. En effet, il faut souvent bien connaître le secteur ou la société pour se convaincre d’investir lors d’une IPO (terme anglo-saxon pour une introduction en Bourse). Pourquoi elles sont dangereuses ? Les informations sont généralement peu disponibles pour un particulier avant la mise sur le marché. L’introduction des titres du réseau social Facebook sur le marché boursier américain l’a rappelé, l’a démontré et l’a certifié. Le cours d’introduction qui valorisait plus de 100 fois le bénéfice net du réseau social avait de quoi faire tiquer. A juste titre, puisque le cours a chuté de façon mirobolante après quelques séances… Les promesses, la monétisation des 900 millions d’utilisateurs de Facebook en l’occurrence, n’ont pas résisté aux réalités du marché.

En France, le marché des IPO se caractérise depuis quelques années par des levées de pacotille, de faibles ampleurs. Plusieurs types d’entreprise frappent à la porte des marchés financiers : les sociétés présentant de l’historique, une bonne visibilité sur les cash-flows et une forte notoriété. Ce genre-là occupe une bonne place… Il y a aussi les PME qui entrent sur le Marché Libre, compartiment non réglementé de la Bourse de Paris, pour s’acclimater au marché financier, avant de passer sur Alternext ou le marché réglementé…

Il y a enfin les sociétés de recherche du secteur médical appelées « biotechs » ou « medtechs ». « Les investisseurs particuliers aiment mettre ce genre de valeur dans leur Plan Epargne en Actions (PEA). Je leur déconseille vigoureusement car elles sont très volatiles et leurs performances très irrégulières », affirme Cédric Chaboud, gérant du fonds Skylar Origin de la société de gestion SPGP, axé sur les introductions en Bourse. Le gérant estime également que le marché des IPO françaises est peu favorable aux particuliers désireux d’investir dans les émissions d’actions. Ce gérant n’est sûrement pas « Warren Buffet » ou « Soros », autant dire un mythe de la finance, mais il a entièrement raison. Ce sont souvent – excusez moins l’expression familière – mais des pièges à con.

Depuis le début de l’année, le marché boursier NYSE Euronext Paris a été le théâtre de 12 introductions en Bourse, sans la moindre augmentation de capital substantielle : 6 sur le marché réglementé, 4 sur Alternext et 2 sur le Marché Libre. Outre le contexte financier peu favorable, le bilan boursier se révèle catastrophique, même pitoyable pour les « biotech ». A la clôture le 06 juin 2012, le cours de Bourse des sociétés, Vexim, Intrasense, Adocia, EOS Imaging ont chuté de respectivement 30%, 35%, 30% et 52% depuis leur introduction. Seules deux malheureusement petites valeurs affichent un résultat positif… Deux sur douze, 17% de réussite : on est plus proche de la roulette russe que du placement murement réfléchi. Attention, le contexte boursier actuel n’est pas favorable, d’autres périodes ont été plus propices… Patience est le maître mot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *