La blockchain est-elle une technologie financière ?

La blockchain est-elle une technologie financière ?

Dans un article précédent, nous avons tenté de définir ce qu’est une crypto-monnaie, mais cet actif financier ne sera rien sans le support technologique de la blockchain. Ainsi, peut-on alors parler de la blockchain comme étant une technologie financière ? C’est ce que nous allons étudier ci-dessous. De manière générale, la blockchain peut être définie comme un réseau interconnecté de données représentées sous la forme de blocs, dont les copies sont stockées de manière décentralisée par chacun des participants mettant à disposition la puissance de calcul de son ordinateur.

La blockchain est dite inviolable, car chaque nouveau bloc créé dans la blockchain contient un lien vers le bloc précédent, ainsi que toutes les transactions qui ont été confirmées par la création du précédent. Dans ce système décentralisé, les transactions effectuées par les utilisateurs de cryptomonnaies n’ont pas besoin de passer par un système central intermédiaire. Tout est géré par l’ensemble des ordinateurs du réseau qui forment la blockchain.

Le système financier et la blockchain

Comme vous pouvez le constater, la technologie de la blockchain est un système innovant qui tranche radicalement avec les systèmes financiers existants. Aujourd’hui, le transfert d’argent doit passer par plusieurs intermédiaires qui tiennent compte de plusieurs éléments :

  • La devise.
  • Le pays du transfert.
  • Les coûts de transaction.
  • Les contrôles à chaque étape.

Tous ces protocoles intermédiaires et centralisés prennent du temps et coûtent de l’argent pour les utilisateurs. La blockchain permettrait d’exclure les intermédiaires, réduirait les frais de commission, tout en garantissant fiabilité et sécurité.

Comme vous vous en doutez, l’introduction de la blockchain au système financier actuel affecterait considérablement les acteurs du marché, car en définitive il n’y aurait plus d’instances tierces telles que les courtiers, les services bancaires, les administrations centrales et tous les offices de contrôle. Autrement dit, la blockchain n’est pas seulement un système facilitant les transactions des cryptomonnaies, c’est aussi une technologie pouvant être utilisés dans toutes les strates du secteur financier.

La blockchain et la Fintech

Ainsi, la blockchain fait partie intégrante de la technologie financière, aussi appelée « Fintech », car elle participe des innovations financières faisant évoluer les infrastructures du secteur de la finance. Les crypto-monnaies ne sont que le résultat d’avancées technologiques qui participent à l’évolution des marchés financiers qui n’ont de cesse d’accumuler, de concentrer et de distribuer les ressources financières, ainsi que les risques.

L’émergence des cryptos intervient à un moment clé où les marchés financiers souffrent de leur interdépendance avec une variété d’institutions réglementées qui apportent complexités et confusions. Les cryptomonnaies soutenues par la technologie de la blockchain répondent à ce besoin de changement de paradigme en éliminant les intermédiaires financiers et en créant une alternative aux banques traditionnelles.

Allons-nous vers un changement technologique des marchés boursiers ?

Les cryptomonnaies vont également apporter à long terme des changements de comportement sur les marchés financiers que l’on connait aujourd’hui. La suppression d’un nombre important d’intermédiaires va considérablement réduire le coût des services, des commissions, des spreads et autres frais de courtage qui éloignaient les petits épargnants des marchés boursiers.

Une augmentation du nombre d’investisseurs et de traders va également avoir un impact positif sur l’augmentation de la liquidité et sur la multiplication des fonds d’investissement. La blockchain place la technologie au cœur du système financier en faisant la place aux outils décentralisés, à l’intelligence artificielle, ainsi qu’aux algorithmes qui déterminent en temps réel la propension au risque et analysent les objectifs d’investissement pour les utilisateurs.

A terme, c’est la disparition pure et simple des courtiers ou des conseillers financiers qui gèrent le portefeuille de leurs clients. Demain, des conseils en placement financier pourront être réalisés par des robots qui analyseront rapidement les gains possibles à plus ou moins long terme en réalisant telle opération.

Ainsi, l’intention de réduire la puissance des institutions financières apportera beaucoup d’avantages, mais il faudra maintenir des instances tierces de contrôle ou de régulation afin de lutter contre les risques, les fraudes et les conflits d’intérêts inhérents au secteur de la finance. Un juste équilibre entre innovation technologique et sécurité devra être trouvé !